Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

L’art de l’interprétation étant avant tout synonyme d’échange direct et de parole vivante, le lecteur aura l’indulgence d’appréhender ce témoignage avec clémence et vigilance, tant la consignation écrite s’avère peu adéquate à restituer l’esprit d’une consultation.

L’ambition de cet article étant toutefois de démontrer par la règle le mode d’interprétation en Géomancie astrologique, au moins est-il permis d’en espérer quelque vertu pédagogique, et de dévoilement.

Le sujet retenu et objet de la question posée à l’Oracle concerne la qualité de l’accueil qui sera réservé à cet ouvrage, entendre : « Comment ce livre sera-t-il reçu par ses lecteurs au moment de sa publication ? »

Une fois la question clairement posée et formulée, je me suis assuré que toutes les conditions étaient réunies pour invoquer la Géomancie. Ces vérifications étant acquises, j’ai choisi de placer mon questionnement sous l’égide de Mercure, l’interrogation ayant trait à la création littéraire.

Le tirage effectué, j’ai obtenu le thème exposé en page suivante, digne d’être interprété puisque radical, grâce à la présence de la planète Mercure dans le fond du ciel (maison IV).

Mon premier regard s’est ensuite porté sur la figure élémentaire, dont le point actif d’air m’a confirmé d’emblée la nature intellectuelle de mes préoccupations, clairement tournées vers le domaine des pensées, des écrits, et de la communication. J’y ai également décelé la marque d’un soutien providentiel, et le signe d’un dynamisme créatif substantiel.

L’introduction
  • Albus au témoin droit évoque un livre placé sous de bons augures, et fruit d’une réflexion à la fois minutieuse et structurée, à vocation de transmettre, et d’enseigner. « Il est plus beau d’éclairer que de briller seulement. »
  • Puella au juge décrit un climat général de facilité, et un accueil favorable à la sortie du livre, dont on peut d’ailleurs supposer qu’il séduira, tant par le fond que par sa forme.
  • Fortuna Minor au témoin gauche, présume d’un succès mitigé au lancement du livre, et des recettes commerciales qui tarderont à se faire sentir, sans remettre en cause sa rentabilité toutefois.
  • Fortuna Major en sentence, dévoile une évolution positive en matière de popularité à plus long terme, et une bien meilleure vitalité des ventes dans ce qui s’apparente à une seconde vie du livre.
  • Albus (Vénus) en témoin du passé forme un aspect symbolique sextile (Puella – Vénus en Juge) avec Fortuna minor (Soleil) en témoin du futur. Une création littéraire séduisante et conçue avec amour (Vénus au passé), prédit un plus grand rayonnement personnel et la notoriété (Soleil au futur), et accorde un accueil chaleureux par le public (Vénus en Juge).

Conclusion temporaire : Un livre de bonne facture qui connaîtra un lancement réussi, et un accueil critique favorable. Les ventes tarderont toutefois à décoller, et il ne faut pas s’attendre à un succès commercial immédiat.

Vous débuterez toujours votre lecture par l’interprétation du tribunal, lequel orientera tout le travail ultérieur d’approfondissement, et imprégnera chaque domaine existentiel de sa tournure particulière. Ainsi une corrélation à dominante positive au tribunal, fera-t-elle toujours pencher la signification d’un thème vers une issue bénéfique, parfois même à l’encontre, au moins en apparences, de la satisfaction immédiate du Questionneur.

La découverte
  • Populus en maison I – Lion avec la planète Saturne, accorde de la suite dans les idées et l’endurance nécessaire pour matérialiser ses objectifs de réalisation.
  • Laetitia en maison VII – Verseau, met en garde contre une tendance à n’écouter que soi, à n’en faire qu’à sa tête, et une focalisation excessive portée sur le style d’écriture et la forme, peut-être au détriment parfois de l’accessibilité du propos.
  • Albus en maison X – Taureau, conseille de revenir à une plus grande simplicité, et à garder en toutes choses le sens de l’efficacité et de la mesure, sans jamais négliger la dimension avant tout pédagogique de l’ouvrage.
  • Fortuna Major en maison IV – Scorpion, présage d’une issue éminemment favorable, et le passage à un état plus lumineux, au terme d’un processus de profonde remise en question personnelle.
  • Caput Draconis en maison XI – Gémeaux, également maison de la question, excellente pour les entreprises dans le domaine littéraire, laisse entrevoir une évolution très positive dès le lancement du livre, et augurer d’un estimable succès de librairie.
  • La part de fortune en maison III suggère avec Carcer en occupation, l’idée d’un travail d’élaboration lente, conduit dans le secret du cocon, et finalement d’une croissance intérieure après éclosion à un nouvel état.
  • Le point de l’intention en maison IX, dévoile la volonté du Questionneur de s’investir avec ardeur et passion, pour ouvrir de nouveaux horizons à sa discipline, et d’élargir les consciences à son sujet.

Conclusion temporaire : Nous sommes face à un Questionneur inspiré, et déterminé à faire aboutir l’objectif qu’il s’est fixé. Son perfectionnisme pointilleux peut toutefois lui jouer des tours, et le distraire du but convoité. Il gagnerait sans doute à se focaliser sur l’essentiel, dans un souci d’efficacité. Par-delà le succès potentiel du livre, le Questionneur est surtout préoccupé par son désir de contribuer à l’enrichissement de la Géomancie, seulement aidé en cela par son inspiration, et son enthousiasme. Il peut tout de même se rassurer, car les idées développées dans le livre recevront un bon niveau d’accueil et d’adhésion à sa sortie.

Le développement
  • Maison I : Populus décrit un être habité par de multiples influences, et fourmillant d’inspirations diverses. Avec Saturne en conjonction, apparaît l’idée du rattachement à une filiation, et un courant de pensée très ancien. Saturne en carré avec Mercure nous parle d’une tension entre une posture de stricte observance de la tradition, et le désir de n’en faire qu’à sa tête, et de faire exister ses propres idées. La copulation de Populus (maison I) et de Fortuna Major en maisons des fins (IV) atteste du dépassement fructueux de cette contradiction apparente, et du bénéfice qui en sera retiré à terme. Saturne en sextile avec Vénus manifeste un état d’harmonie et d’équilibre dans cette recherche de la perfection intérieure ; le livre une fois publié sera source de contentement, de plaisir et de satisfaction pour son auteur. Saturne en trigone avec Jupiter montre que ce travail d’ascèse sera source de dépassement spirituel et de passage à un état supérieur, au terme d’une révolution accomplie. L’ambition du Questionneur d’ériger avec force un système géomantique d’autorité est ici à peine voilée. Le Lion sur la cuspide parle d’une recherche de rayonnement et d’influence, fondée en la circonstance sur un travail analytique et minutieux ; (le Soleil, maître du Lion en maison II avec la Vierge.) Conjonctio en maison II renforce d’ailleurs l’idée d’un pont créé entre tradition et modernité, et de réunion des opposés. Populus, figure d’Eau en maison de Feu, conseille de se rassembler face à une abondance de concepts bigarrés, afin d’éviter la dispersion mentale.
  • Maison II: Conjonctio accorde au Questionneur le potentiel de fusionner les contraires, et de faire se rejoindre les extrémités ; (Populus en I, les voies parallèles, mais non concourantes – Conjonctio en II, la confluence des forces.) Appliqué au contexte du livre, on peut penser au rapprochement de la Géomancie et de l’Astrologie au sein d’une même discipline. Avec le Soleil, l’énergie est tout entière dédiée à la mise en lumière de la méthode, fruit de cette réunion, et la volonté de faire briller ce qui est ressenti comme un idéal de perfection. Le Soleil en opposition avec la lune est signe de contradiction entre une grande clarté d’esprit, et un fond de pensée à la fois confus et changeant. Le travail d’écriture demandera sans doute un effort particulier de réconciliation des diverses voies d’inspirations suivies pour n’en garder plus qu’une, au sein d’un récit cohérent et unifié. Le Soleil en sextile avec Mars confère de ce point de vue le « feu sacré » indispensable à la maîtrise de ses pulsions contraires. Mercure, maître de la Vierge en maison IV – Scorpion, laisse apparaître que cette doctrine syncrétique est le fruit d’un travail de construction à la fois spontané et méticuleux, et la résultante des acquis de l’auteur, dont il espère retirer un certain profit spirituel. Conjonctio, figure de Terre en maison de Terre, élabore, perfectionne, édifie, érige les œuvres de l’esprit, et fait germer les idéaux de rassemblement dans le terreau fertile de l’intelligence pratique.
  • Maison III: Carcer en Balance décrit le livre comme un travail d’approfondissement méthodique, réalisé dans la solitude, et le retrait du monde. Il s’agit d’une composition éminemment personnelle, fruit d’une maturation lente, et patiemment mûrie, dans une recherche constante d’harmonie et d’équilibre. Le livre recueillera l’estime et la reconnaissance du public ; quant à la profondeur de son propos, celle-ci ne sera pas questionnée. Vénus en conjonction signe une création élégante et raffinée, prompte à séduire les esprits curieux par la finesse de son propos.  Vénus en opposition avec Jupiter matérialise dans le thème une contrariété fictive entre travaux intellectuels et spiritualité supérieure, tandis qu’il s’agit de deux branches d’un même tronc, s’abreuvant à la même source, et sans rapport de supériorité entre elles. Le livre aura été en soi un prétexte à dépasser cette frontière fictive et stérile de l’esprit. Vénus en carré avec Mars rappelle que pour retrouver le sens et l’essence en toutes choses, il faut parfois se faire violence, et savoir rompre avec ses habitudes anciennes ; le parcours de rédaction du livre a dû impliquer des phases de remise en question de ses convictions les plus intimes, et de combattre avec force ses croyances acquises. Vénus, maître de la Balance en maison IV – Scorpion, semble indiquer avec Fortuna Major la sortie d’une période de transformation intérieure, et l’éclosion à une nouvelle réalité, la mort et la renaissance à un état plus lumineux, et le terme d’une gestation en pensée. Carcer, figure de Terre en Maison d’Air, manifeste un pouvoir de concentration lucide, et la vivacité d’un esprit parfaitement structuré dans ses ambitions.
  • Maison IV: Fortuna Major en Scorpion présage d’une issue glorieuse, au terme d’une phase de recueillement. À une période de profonde remise en question, succédera une autre plus apaisée, d’élévation spirituelle. La coupe évoque l’âme triomphant des ténèbres de l’incertitude et de la mort, pour mieux s’ouvrir à l’inspiration divine, authentique, supérieure. Avec Mercure en conjonction, il devient évident que la réflexion a été conduite en rupture d’avec les courants de pensée contemporains, et dans le sillage exclusif de l’ancien. Mercure en trigone avec la Lune atteste que les nombreux revirements et atermoiements en cours de construction de l’ouvrage ont finalement contribué positivement à sa qualité finale. Mercure en sextile avec le Soleil nous donne à voir un Questionneur en pleine possession de ses moyens et capable d’une grande cohérence dans ses idées. Mercure en trigone avec Mars est signe de force et de vitalité dans le domaine de l’inspiration. La recherche de l’équilibre est atteinte, au terme d’un long processus de transmutation, et l’effort d’écriture se trouve-t-il plus justement rétribué en grandissement de soi. Mars, maître du Scorpion en maison XII Cancer, signifie ici la fin d’un cycle, et « l’accouchement » symbolique de l’œuvre. La publication du livre marque donc le terme d’un périple initiatique, avec comme point d’aboutissement sa mise au monde. Fortuna Major, figure de Feu en maison d’Eau fait s’évaporer les doutes, et pénétrer en soi la lumière de la foi. La perspective d’un processus de réalisation à longue portée est encore confirmée par la présence de Fortuna Major en sentence.
  • Maison V: Amissio présente ici un aspect de délitement vers le bas, et oppose à l’élan céleste du Sagittaire, son allure d’affaissement sinistre. L’auteur s’est-il enfermé dans une tour d’ivoire ? Ou bien a-t-il fait preuve d’orgueil spirituel ? Il semble en tout cas qu’il ait fait le choix délibéré de ne s’en remettre qu’à lui-même, pour juger de la qualité de ses écrits. Jupiter, maître du Sagittaire, est en maison IX — Bélier, avec le point de l’intention : le Questionneur ressort animé par la conquête d’un idéal, et une recherche viscérale de spiritualité, au mépris de l’objet même de son étude, qui n’est peut-être qu’un prétexte d’appui temporaire. Amissio, figure d’Air en maison de Feu, fait ici se consumer les prétentions du livre à l’universalité, et l’inscrit à contre-courant des conventions en usage dans la discipline.
  • Maison VI: Puer en Capricorne, souligne le fait que l’auteur a dû faire montre d’une ténacité implacable pour surmonter les épreuves, et les obstacles du quotidien, et finalement atteindre le but qu’il s’était fixé. Le livre est le fruit d’un travail de longue haleine, et d’épure intégrale, jusqu’à parvenir à ne conserver que l’essentiel. Saturne, maître du Capricorne en maison I avec Populus, rappelle que de nombreuses tentatives ont été requises pour aboutir à la constitution d’une méthode solide et stable. Puer, figure de Feu en maison de Terre, évoque la discipline et la concentration qui ont été nécessaires pour apaiser la brûlure de l’impatience, et maîtriser la fougue d’une inspiration cacophonique.
  • Maison VII: Laetitia en Verseau prédit un accueil positif et bienveillant du livre par l’Éditeur, et confirme indirectement sa publication. L’originalité du sujet abordé constituera une légitimation supplémentaire à sa parution. L’auteur saura persuader de la pertinence de son projet, et saisir l’opportunité de sa diffusion auprès d’un plus large public. Saturne, maître du Verseau en maison I, concède la reconnaissance des qualités de l’auteur par l’Éditeur, et sous-entend un principe de confiance tacite, quant à la valeur de ses écrits. Laetitia, figure d’Air en maison d’Air, évoque la fluidité des rapports commerciaux, et la facilité de parvenir à un accord fondé sur des intérêts en commun.
  • Maison VIII: Puella en Poissons révèle que l’écriture du livre a été le fruit d’une remise en question personnelle intense, reposée en plus grande partie sur l’intuition, et l’abandon en soi. Le cycle d’engendrement a par ailleurs dû être ponctué d’une alternance de joies et de découragements. L’œuvre de transformation sur le plan de la méthode, a été inspirée par le goût de l’élégance et de l’harmonie. La lune (l’énergie féminine maternelle) en conjonction, marque en outre l’aboutissement du processus de fécondation de l’œuvre par l’œuvre ; (Carcer en maison III – l’œuf primordial.) La lune en trigone avec Mars pointe du doigt la nécessité d’une spiritualité en actes, octroie la faculté de canaliser ses propres élans créatifs, sans jamais s’éloigner du but, et avec une grande détermination. Jupiter, maître des Poissons en maison IX – Bélier, rappelle toutefois que cette inspiration créatrice doit demeurer au service d’un idéal de perfectionnement plus élevé, par-delà la superficialité des formes, et sans céder à l’orgueil de l’atteindre jamais. Puella, figure d’Eau en maison d’Eau, réaffirme cet aspect de crise spirituelle, de remise en cause individuelle, et de métamorphose personnelle. Puella en passation au juge, fait régner sur le présent une atmosphère d’aisance et de quiétude, propice à l’inspiration et à la création artistique.
  • Maison IX: Rubeus en Bélier indique nettement la volonté féroce du Questionneur (Bélier) avec ce livre de réformer (Rubeus) la Géomancie (maison IX, les arts divinatoires), et d’en propager les vertus auprès de ses contemporains (Jupiter). Il faut aussi y voir la trace d’une expérience profondément transformatrice, et l’indication d’un puissant désir d’apprentissage par l’enseignement. Jupiter en carré avec Mars met en garde contre une démarche qui ne serait que vaine remise en cause des règles en vigueur, par pure volonté de renouvellement, et rappelle l’importance de dépasser les divisions superficielles, pour parvenir à la véritable connaissance, transcendante et universelle. Le Questionneur a à cœur de transmettre ses valeurs à travers un corpus de règles spirituelles, et cette transmission doit passer par une réforme des conventions communément admises. Mars, maître du Bélier en maison XII – Cancer, rappelle combien cet idéal de transformation radicale de la discipline repose sur une épreuve d’ascèse personnelle, et d’exploration des profondeurs de l’esprit. Le cycle d’apprentissage est parvenu au terme de sa révolution : tout est accompli, c’est le retour au point de départ, et un nouveau cycle doit être initié. Rubeus, figure de Feu en maison de Feu, évoque un état de régénérescence, d’illumination et de fulgurances mystiques.
  • Maison X: Albus en Taureau indique que la notoriété de l’auteur reposera en majorité sur sa pédagogie, et la rigueur de ses écrits, lesquels seront appréciés pour l’intégrité de leur teneur. La réputation du livre ne se démentira pas dans le temps, même si son succès sera plus d’estime que de chiffres. Albus en passation de la maison X à la maison XII laisse entrevoir un succès du livre associé à une recherche solitaire et un travail d’approfondissement personnel. Vénus, maître du Taureau en maison III – Balance, couronne la justesse conceptuelle de son propos, concède une résonnance acquise quant au sujet abordé, et révèle que les théories développées par l’auteur trouveront un écho et un retentissement favorables, auprès de la communauté de ses lecteurs. Albus, figure d’Eau en maison de Terre, montre que le livre fera autorité, et qu’il acquerra une réputation solide.
  • Maison XI: Caput Draconis en Gémeaux, évoque un lancement réussi et un attrait grandissant pour le livre après sa sortie. Cette configuration confère sans équivoque le succès littéraire, de même le talent pour y parvenir. Mercure, maître des Gémeaux en maison IV – Scorpion, confère au livre une légitimité en provenance de sa filiation et de ses racines, en partie secrètes et immémoriales. Caput Draconis, figure d’Air en maison d’Air, met en exergue l’abondance des idées et des partages, les discussions passionnées, passionnelles, et passionnantes, ainsi que l’ouverture à de nouvelles dimensions de la pensée.
  • Maison XII: Albus en Cancer annonce l’apaisement des remous émotionnels, et la modération des élans passionnels issus de la maison IX ; (Mars maître de la maison IX en conjonction.) Le cycle de transformation personnelle amorcé en VIII s’achève ; (la Lune maître du Cancer est en maison VIII.) Le livre marque une transition dans le chemin d’évolution et d’éveil du Questionneur ; quant à sa publication, outre un soulagement, elle représente l’entrée dans une ère de croissance spirituelle et de paix intérieure. Mars en conjonction, dévoile tout de même une tendance à la rébellion, contre toute contrainte extérieure, et le rejet des carcans traditionnels. Albus, figure d’Eau en maison d’Eau, souligne encore l’idée d’une traversée (entre deux eaux), et annonce l’imminence d’une crise salutaire. Albus en passation au témoin droit (du passé), donne à voir une vision du livre comme étant la résultante d’un travail solitaire et personnel, ayant été conduit avec une très grande rigueur et exigence envers soi-même.
L’approfondissement

Il est possible d’en apprendre plus sur le destin du livre et notamment sa sortie publique, par dérivation des maisons existentielles, en prenant pour l’exemple la demeure III (du livre) comme nouvelle origine du thème :

  • Maison IV (la 2 de la III) – les droits d’auteur: Fortuna Major en Scorpion, laisse entrevoir l’obtention aisée de gratifications financières justement proportionnées, et indexées sur la qualité des productions intellectuelles antérieures de l’auteur.
  • Maison V (la 3 de la III) – les rééditions: Amissio en Sagittaire indique la faible probabilité d’une réédition ultérieure de l’ouvrage, confirmant l’hypothèse déjà énoncée d’un succès différé à la sortie du livre, sans toutefois désormais la perspective d’une nouvelle parution.
  • Maison VI (la 4 de la III) – l’auteur: Puer en Capricorne signe un tempérament fougueux empreint d’agitation, et une ambition confuse, traversées d’épisodes parfois contradictoires, alternant des phases d’emballement et de découragement.
  • Maison VII(la 5 de la III) – « les enfants du livre » : entendre les travaux dérivés et les articles inspirés par le livre. Laetitia en Verseau annonce un retentissement médiatique positif et prolifique. Il peut être espéré une propagation efficace des idées et des concepts développés dans le livre, ainsi qu’un accueil efficace. La maison V sanctionne également la qualité des écrits, et dénote en l’occurrence une réalisation à la fois cohérente, harmonieuse, à dominante spirituelle.
  • Maison VIII (la 6 de la III) – les imprimeurs : Puella en Poissons présage d’une publication soignée et de qualité, avec une attention particulière portée sur l’esthétique et la beauté formelle de l’objet. La mise en page se révèlera particulièrement travaillée et peut-être augmentée d’illustrations graphiques additionnelles.
  • Maison IX (la 7 de la III) – Les contrats d’édition littéraire: découvre les intentions cachées de l’auteur et sa motivation profonde (Point de l’intention), qui est avant tout de recevoir une offre de publication rapide pour son projet de livre. Avec Rubeus en Bélier, il y met toute son énergie, avec sans doute un certain empressement teinté de nervosité. La présence de Jupiter toutefois, signe l’obtention de cela qui est l’objet de son désir premier, et accorde la satisfaction des ambitions manifestées.
  • Maison X (la 8 de la III) – « la mort du livre »: entendre la fin de d’une œuvre littéraire. Albus en Taureau annonce une carrière longue et stable, sans grand éclat toutefois. Il est à penser que le livre connaîtra des ventes correctes et régulières, qui ne se démentiront pas dans le temps.
  • Maison XI (la 9 de la III) – les œuvres philosophiques: Caput Draconis en Gémeaux signe une création inspirée et riche en nouvelles idées, source de nouvelles voies d’investigations et de recherches. Comme maison de l’étranger, il est également possible d’y évaluer la diffusion à l’international du livre ; or en la circonstance, on peut s’attendre à une propagation de la doctrine de l’ouvrage par-delà les frontières de son pays d’origine.
  • Maison XII (la 10 de la III) – le succès de librairie: Albus en Cancer réaffirme l’idée d’une œuvre iconoclaste pleine de sensibilité, et d’un succès d’estime, plus que d’argent. De fait si le livre ne manquera pas de soulever l’intérêt d’un certain lectorat, il ne ravira pas les foules, et conservera une diffusion limitée auprès d’une communauté de spécialistes.
  • Maison I (la 11 de la III) – « les amis du livre »: Populus en Lion montre qu’une communauté nombreuse et diversifiées de praticiens se constituera autour du livre avec le temps, lequel fera office de notice d’autorité pour un certain lectorat.
  • Maison II (la 12 de la III) – « les ennemis du livre »: entendre les forces coercitives en opposition à l’expansion et à la bonne réputation du livre. Avec Conjonctio en Vierge, il n’est à redouter aucune adversité ni rivalité secrète, et malgré une diffusion modeste, le livre se constituera une réputation d’autorité et de sérieux dans le champ de la discipline.
La synthèse

La tendance générale au cœur du thème oriente sans ambiguïté vers une sortie réussie du livre, et un accueil positif par ses lecteurs.

Source d’inspiration pour les uns, et objet de singularité pour les autres, le livre ne soulèvera pas un intérêt populaire, mais réussira tout de même à séduire quelques esprits curieux.

Fruit d’un travail de transformation personnelle, il est surtout un prétexte pour son auteur à parachever son œuvre de métamorphose intérieure.

Le travail d’écriture mené à l’écart de toute influence, et de tout jugement extérieur fait du livre une œuvre très intime, rendue difficile d’accès auprès d’un public de non-initiés.

Le livre ne connaîtra qu’un succès mitigé à sa sortie, et plus tard un regain d’intérêt, peut-être à l’occasion d’une réédition peu probable toutefois, et bien que sa rentabilité soit acquise dès la première publication.

Guide de référence et manuel pédagogique, la clarté de son propos installera le livre comme un ouvrage solide, et digne de confiance pour qui souhaite s’initier à la discipline.

Avec ce livre, l’auteur réalisera le dessein ayant présidé à sa conception, celui de ressusciter une technique de divination aujourd’hui presque disparue, et de faire entrer la Géomancie astrologique dans le vingt et unième siècle.

error: Attention : Le contenu de ce site est protégé.