Skip to content Skip to footer

La littérature géomantique regorge de techniques et de procédés ingénieux, à vocation de guider et d’orienter le praticien amateur. Pourtant que l’on ne s’y trompe pas, la Géomancie n’est pas une chimie, mais une alchimie intérieure, et aucune recette, aussi raffinée soit-elle, ne saurait éveiller votre talent à sonder l’invisible ; non pas une divination réservée à une élite de savants donc, mais un talent naturel, qu’il s’agit de réveiller. Si la Géomancie est un don, elle est un don d’amour et d’espérance ; auquel chacun peut prétendre, et dont nul ne saurait être dispensé.

La Géomancie est un art d’essence divine, et rien sinon votre intuition et votre inspiration, pour y recourir avec fruit. Méfiez-vous donc de la tentation mal appropriée, de disséquer chaque thème comme s’il s’agissait d’une chose inerte, et morte ; souvenez-vous que la Géomancie irrigue la toile du vivant, et anime toute forme, telle une énergie omniprésente. Quiconque se complairait dans une perception émiettée de l’existence, comme autant de fragments épars d’une même réalité, finirait par perdre le sens de sa propre histoire. Tout est dans LE TOUT, et LE TOUT est dans Tout. Par conséquent, tenez-vous à bonne distance psychologique des schémas préfabriqués, et des procédures figées, comme pour mieux accueillir votre propre vision intérieure, et vous mettre à l’écoute de cela qui sait en vous, et ne demande qu’à s’exprimer, pourvu que vous acceptiez de lever, ici-et-là, quelques barrières mentales.

Acceptez l’incertitude, plutôt que de chercher à tout maîtriser ; l’ignorance est une force en divination, que nul ne peut soumettre ni dominer.

Si d’aucuns prétendent entendre et comprendre la trame du vivant en l’asséchant de sa substance, ceux-là poursuivent une chimère ; la compréhension doit se mêler à l’écoulement du vivant, et s’écouler avec lui.

Point de nécessité donc d’apprendre par cœur règles, protocoles et autres instructions innombrables, et moins encore de retenir comme un automate, tout un foisonnement de justifications pensées par d’autres avant vous. Vous n’aurez besoin, et à votre disposition, qu’un ensemble fort réduit de principes, simples et limités, ceci afin de laisser tout le champ libre à votre imaginaire, et votre créativité personnelle.

Considérez cet apprentissage comme étant tout à fait semblable à celui d’une langue étrangère. Aux premiers temps de votre instruction, vous vous contenterez d’assembler entre elles des bribes de messages (acquisition de la règle), puis vous commencerez à parler le verbe de l’oracle, avec aisance et discernement (maîtrise de la règle) ; enfin, vous finirez par inventer votre propre art géomantique (dépassement de la règle), émancipé des contraintes formelles, et entièrement tourné vers votre propre lumière intérieure.

Chacun restera libre, c’est évidence, d’emprunter sa propre voie, pour mêler l’étendue de ses connaissances, avec le substrat divin de l’âme immortelle. Tout ceci qui vient d’être énoncé n’ayant objet et valeur, que de réaffirmer à quel point la vérité spirituelle ne s’acquiert point, mais seulement se découvre, par l’intuition de soi, et l’abandon intérieur.

Ce n’est pas vous qui interrogez la Géomancie sur le sens de la vie, c’est la Géomancie qui vous demande quel sens vous souhaitez lui donner ! L’Oracle, comme tout le reste de la création, n’est qu’une porte d’accès à vous-mêmes.

« Heureux celui qui sait lire les Signes des Temps, car celui-là peut éviter beaucoup d’infortunes, ou du moins se préparer à en amortir le choc. » – Hermès-Thoth.

Chaque thème forme en soi une composition unique, dont le génome numérique permet de la reproduire à l’infini ; tel un fragment du miroir divin, il condense tout l’univers du Questionneur, dans une parfaite synthèse du microcosme avec le macrocosme. Apprenez donc à contempler le thème, comme s’il s’agissait d’un paysage (mental) ; absorbez par tous les sens cette vastitude invisible, jusqu’à saturer le champ de votre conscience, l’esprit aveugle et ivre de lumière, tout à l’écoute de vos impressions viscérales. Chaque thème est une rencontre, et mérite que vous fassiez en vous le silence, comme pour mieux percevoir et recueillir le message que l’Univers vous envoie ; si ce n’est vous-mêmes, puisque vous ne faites qu’Un avec cet Univers.

Monter un thème de Géomancie revient à faire émerger une réalité singulière, échantillonner parmi une infinité de futurs possibles, et prêter matérialité à un univers particulier, tels une parole vibrante, et un miroir psychique pour l’âme. C’est aller à la rencontre de sa propre ligne de vie, et des événements qui en jalonnent le parcours, déposés-là de toute éternité, en toute conscience, confiance, et présence.

C’est célébrer notre libre arbitre en opérant à chaque instant de nos vies des choix délibérés, dont la succession perpétuelle élabore, pierre après pierre, l’édifice fragile de nos existences terrestres. C’est se relier à la source originelle dont notre réalité n’est finalement qu’un lointain reflet, et qui fait s’effondrer en nous toute division illusoire, entre profane et sacré, hasard et déterminisme, vulgaire et sublime, par un lent et méthodique travail d’épure spirituelle ; tout le contraire donc d’une saturation des capacités de perception de l’âme humaine, par négation, ou ignorance de son pouvoir créateur de mondes.

Bien des géomanciens se sont confrontés à cette difficulté, et ont recherché des facteurs de réassurance dans la maîtrise bornée de règles strictes, lesquelles finissent invariablement par nuire au développement du don universel. Imaginez-vous comme serait ennuyeuse et stérile une rencontre, face à un inconnu qui n’aurait de cesse de vous bombarder de questions stéréotypées, et passerait le plus clair de son temps à égrainer poncif sur poncif, sans jamais s’intéresser à vous le moins du monde. Assurément, vous prendriez vos jambes à votre cou ! Eh bien la Géomancie ne se comporte pas différemment ; elle se défilera et se dérobera toujours à votre entendement, si vous la traitez comme un simple objet de curiosité, inerte et inanimé.

L’apprentissage de la Géomancie est un processus éminemment personnel, avec comme triple vertu d’élargir le champ de la conscience, d’approfondir l’acceptation de soi-même, et d’initier une démarche de reconnexion à son être profond.

Partant de là je puis vous l’affirmer, tous les référentiels et tous les dictionnaires de divination aux sentences sentencieuses, aux affirmations péremptoires et définitives, sont faux, doivent être faux, et meurtrissent ce qu’il y a de plus beau et de plus élevé en vous, entendre votre aptitude à deviner et à ressentir juste, spontanément, intuitivement, intimement. Aucun savoir encyclopédique, jamais ne saurait se substituer au Maître en vous, si bien que l’éveil en Géomancie, doit être synonyme de libération intérieure et de renoncement, de retour à la simplicité et de dénuement.

Souvenez-vous que tout savoir ayant été acquis par des voies extérieures ne saurait excéder les limites de votre esprit conscient. Par-delà vos propres limitations néanmoins, il existe une sphère supérieure de conscience. Ce savoir universel réside à la source de vous-même ; or, la Géomancie est l’une des voies d’accès vers cette connaissance immédiate.

Apprenez à danser avec vos figures, délectez-vous de cette chorégraphie étrange et fantastique, appréciez l’architecture subtile à l’œuvre au cœur du thème. Tout cela compose le paysage mental du Questionneur, et l’image même de son état psychique, au moment de se présenter face à vous.

Il est faux de penser que la Géomancie serait cantonnée à un lexique de seize figures ; chaque thème, dans son intégralité, forme en réalité une figure à part entière, et dispense un enseignement unique, parmi des milliers de milliards de combinaisons, et de distributions possibles.

Il existe en somme une infinité théorique de connexions et de forces agissantes en tout thème bien né, si bien que tenter d’en apprécier les moindres efflorescences, vous plongerait dans un dédale d’interprétations d’une complexité inouïe. C’est là un secret que peu de géomanciens daignent à partager. Interpréter ce n’est pas dresser l’inventaire maniaque des plus infimes détails du thème, et tenter d’en extirper à tout prix le message quintessentiel, quitte à en caricaturer, voire en déformer le contenu oraculaire. Ce n’est pas non plus mener une enquête policière à la recherche du moindre indice susceptible de s’y dissimuler, quitte à accumuler des preuves à la faveur ou au détriment du Questionneur. Toutes ces démarches, fondées sur la réflexion intellectuelle, et le besoin forcené de contrôle, sont vouées à l’échec, et cantonnent l’interprétation à une lecture mécanique, et pour le dire ainsi simpliste, entendre dénuée de toute sensibilité et de tout raffinement. Sans le concours de l’âme, la Géomancie n’est qu’une fable de salon, et une belle mondaine.

Il n’existe pas de voie juste en Géomancie. Il n’existe que votre voie. Cherchez en vous-même le sens, plutôt que d’en remettre à d’autres le soin de vous le dicter par l’extérieur ; ce qui reviendrait à vous raconter des histoires, mais pas VOTRE histoire.

Tout ce dont vous avez besoin pour débuter votre parcours d’apprentissage (ou de réapprentissage) de la Géomancie, se résume finalement à quelques règles simples, et la connaissance des principales propriétés de chaque figure, planète, signe et maison, ce que l’on pourrait appeler le « langage » géomantique.

Il appartient ainsi au lecteur impatient de pratiquer l’art de la Géomancie, de rechercher en lui-même sa propre parole cachée, et de retenir que la vérité spirituelle ne s’obtient pas à la fréquentation des livres, mais seulement dans la connaissance de soi.

Puisse cette mise en garde vous préserver de l’égarement, et vous tirer une fois pour toutes du labyrinthe des concepts, aux extensions infinies, où il est si facile de se perdre, pour son plus grand désarroi ; (l’esprit finit toujours par trouver ce qu’il recherche.)

Plutôt que de vous obstiner à apprendre par cœur, essayez d’apprendre avec le cœur, vous y gagnerez en profondeur. Nul ne peut s’arroger un talent ou un pouvoir qu’il ne possède pas, et la connaissance authentique restera éternellement inaccessible à l’esprit sceptique, pris dans les mailles innombrables de ses propres affabulations. La véritable initiation ne peut s’obtenir que par un acte de foi intégral, et l’éveil intérieur de l’esprit de vérité.

L’interprétation en Géomancie relève avant tout de la perception, de l’intuition et de la prise de conscience ; il y est question de captation des messages de l’invisible, à l’aide de signes et de symboles, et d’invitation du hasard créateur à se manifester.

La Géomancie nous révèle à nous-mêmes ; telle une amie inspirée et bienveillante, elle nous permet de ramener à la conscience et de déchiffrer ce qui se pose à l’état de germe dans notre vie, ainsi que les directions vers lesquelles nous nous orientons, au moment exact de la consultation. Ainsi, nous pouvons décider et agir plus sereinement, éviter certains écueils, et nous engager sur un chemin personnel d’épanouissement. Prise comme telle, la Géomancie devient une sagesse et un art de vivre, aux antipodes d’une pratique uniquement prédictive, et déterministe.

Chaque lecture est une découverte, et un émerveillement sans cesse renouvelé, loin des sentiers battus, et des certitudes acquises. Faites donc le vide en vous, et invitez l’inspiration à se manifester dans l’instant, sans réfléchir, ni forcer les choses, soyez juste présent à ce qui se passe devant vous, et à l’intérieur de vous, hors de tout jugement, et de toute volonté en propre. Contentez-vous de visualiser, et d’observer, sans vous précipiter, ni tenter de tout analyser. Laissez plutôt une chance aux images de se former peu à peu, et contemplez le spectacle des figures en train de se jouer devant vous. Ainsi seulement, vous deviendrez le médium efficace du message oraculaire.

Le lecteur attentif pourra s’étonner de trouver à la suite de ce Chapitre, un volume conséquent de référentiels dédiés à la découverte des instruments de la Géomancie astronomique, en apparente contradiction avec le postulat énoncé par l’auteur, de ne point verser dans les explications et les définitions fermées. C’est que le choix assumé de s’en tenir à des listes de mots-clés a précisément comme vertu de susciter chez l’apprenant-géomancien des sensations, des émotions, et des ressentis, sans jamais borner ni museler son inspiration. L’intention derrière ces assemblages étant de stimuler l’imagination, et de laisser libre l’esprit du lecteur d’accomplir son propre ouvrage de compréhension et d’accommodation personnelle. Il n’y a donc pas contradictio in terminis, tant du point de vue de l’intention que du choix de la méthode.

error: Attention : Le contenu de ce site est protégé.