Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Les figures élémentaires apparaissant dans le thème géomantique seront susceptibles de s’associer entre elles par diverses voies que nous étudierons bientôt, et de réagir mutuellement en fonction de leur :

  1. Qualité ; (bonne ou mauvaise).
  2. Nature élémentaire ; (Feu, Air, Eau, Terre).
  3. Affinité ; (contraires, complémentaires, analogie de sens).
  4. Propriété ou mode d’action ; (fixes – mobiles, entrantes – sortantes, directes – rétrogrades).
  5. Hérédité ; (figure issue de la sommation).

Ces cinq modes de réaction réciproques auront comme effet remarquable de modifier le sens général des figures, selon une hiérarchie d’influences établie : l’altération inhérente à la qualité l’emportant sur celle par nature, celle-ci surpassant le lien par affinité, qui à son tour domine le mode d’action, lequel prime sur la sommation.

La réaction des figures selon les accords – harmonieux ou dissonants – qu’elles forment entre elles, aura comme double incidence de modifier leur empreinte positive ou négative dans le thème, tout en élargissant le sens et la signification desdites par la révélation des tenants et des aboutissants de l’affaire en cause.

Réaction par qualité

La règle générale voudra qu’une figure maléfique corrompt toujours une bonne figure, et décuple encore le pouvoir malveillant d’une figure mauvaise ; l’inverse se vérifiant  dans le cas d’une bonne figure.

Vous nuancerez toutefois ces influences et ces effets selon le degré de bonté ou de malignité des figures analysées.

Réaction par nature

Les réactions élémentaires impliqueront quatre types primordiaux de rapport :

  • Feu – Air, Eau – Terre : Affinité, avec un sens de renforcement.
  • Feu – Feu, Air – Air, Eau – Eau, Terre – Terre : Identité, avec un sens d’alliance.
  • Feu – Eau, Air – Terre : Antagonisme, avec un sens d’affrontement.
  • Feu – Terre, Air – Eau : Dysharmonie, avec un sens d’indifférence.

En retenant bien que deux figures avec similitude, affinité ou corrélation de sens ou élémentaire, s’accorderont et renforceront leur nature, tandis qu’elles s’opposeront dans le cas contraire, entendre de contrariété desdites :

  • Une bonne figure verra sa qualité bénéfique amplifiée et deviendra encore meilleure en cas d’affinité ou d’identité élémentaire avec une seconde en association ; (Ex. : Feu – Air, Terre – Terre) ; la même règle s’appliquera à l’inverse en cas de figure maléfique.
  • Une bonne figure verra sa qualité bénéfique indemne et ne subira pas d’influence particulière en cas de dysharmonie élémentaire avec une seconde en association ; (Ex. : Terre – Feu) ; la même règle s’appliquera à l’identique en cas de figure maléfique.
  • Une bonne figure verra sa qualité bénéfique dégradée et perdra de sa bonté en cas d’antagonisme élémentaire avec une seconde en association ; (Ex. : Air – Terre) ; la même règle s’appliquera à l’inverse en cas de figure maléfique.

Les rapports élémentaires entre figures étant au cœur de la démarche de consultation géomantique, je vous recommande de vous imprégner des principes cardinaux qui les gouvernent afin de développer votre intuition dès le premier regard porté sur le thème :

  • Le Feu:
    • Sec et chaud.
    • Élément actif.
    • Exalte et intensifie.
    • Supérieur, principiel, spirituel.
    • Impulsif et destructeur.
    • Embrase l’Air, dissocie l’Eau, dessèche la Terre.
  • L’Air:
    • Humide et chaud.
    • Élément actif moyen.
    • Diffuse et vibre.
    • Subtile, mobile, intellectuel.
    • Instable et inconstant.
    • Attise le Feu, soulève l’Eau, disperse la Terre.
  • L’Eau:
    • Humide et froide.
    • Élément passif moyen.
    • Assimile et indifférencie.
    • Réceptive, sensible, source de vie.
    • Indécise et passive.
    • Combat le Feu, fertilise ou entraîne la Terre, obscurcit l’Air.
  • La Terre:
    • Froide et sèche.
    • Élément passif.
    • Condense et fixe.
    • Féconde, ferme, matérielle.
    • Inflexible et austère.
    • Atténue le Feu, trouble l’Eau, exhale l’Air.

Reportez-vous au Chapitre 13 pour approfondir les caractéristiques essentielles de chacun des quatre éléments.

Réaction par affinité

Vous serez attentifs à localiser puis à identifier dans le thème les figures dites en affinité, selon qu’elles seront contraires, complémentaires ou de sens analogues :

  • Figures contraires :
    • Deux figures sont dites « contraires » lorsque l’une dérive de l’autre par renversement de ses points, selon un axe horizontal  (Ex.  : Laetitia – Tristitia), à l’exception des figures Via, Populus, Conjonctio et Carcer qui sont à elles-mêmes leurs propres symétriques.
    • Une figure est objectée, affaiblie et se trouve en antipathie mutuelle avec une autre qui lui est contraire, aussi dite « opposée » ; c’est alors le signe de contrariétés et d’antagonismes sévères, et l’annonce d’une crise avec opposition drastique des forces en présence.
  • Figures complémentaires:
    • Deux figures sont dites « complémentaires » lorsque l’une dérive de l’autre par substitution de ses points simples par des doubles, et réciproquement ; (entendre par inversion de la parité de ses éléments ; Ex. : Caput Draconis – Laetitia).
    • Une figure est reliée avec une seconde qui lui est complémentaire, et se trouve en communion de sens avec celle-ci qui la complète et en précise la signification.
  • Figures en analogie de sens:
    • Deux figures sont dites en analogie de sens lorsque leurs significations fondamentales se rejoignent et qu’elles partagent une dialectique, une symbolique et une signification communes ou apparentées ; (Ex. : Puer – Rubeus).
    • Une figure est renforcée par une autre en analogie de sens, et leur message énoncé d’une seule voix se voit doublement réaffirmé au sein d’un ensemble cohérent et uniforme.

Deux figures en affinité se trouveront toujours reliées, notamment en cas d’absence de passations primaires dans le thème, donnant ainsi lieu à une passation secondaire, laquelle il conviendra d’étudier en associant la signification et les attributs des Maisons traversées ; (reportez-vous sur le sujet au Chapitre 8 dédié aux passations).

Réaction par propriété

Vous prendrez tout particulièrement soin d’étudier les modes d’action des figures et leurs correspondances binaires selon qu’elles seront :

  • Fixes (sables, solides, fermes), mobiles (instables, faibles, vacillantes) ou communes (influençables) :
    • Une figure fixe est toujours renforcée par une autre figure fixe, et affaiblie par une figure mobile.
    • Une figure mobile gagne toujours en stabilité et se voit renforcée par une autre fixe.
    • Une figure commune acquiert les attributs d’une autre en association : elle croît en fermeté contact d’une figure fixe, et se débilite avec une figure mobile.
  • Entrantes (persévérance, assurance) ou sortantes (inconstance, versatilité) :
    • Une figure entrante est signe de bases solides et d’ancrages assurés dans l’existence ; elle évoque un tempérament honnête et équilibré.
    • Une figure sortante manifeste un caractère changeant de la situation ou de la personne convoquée, tout comme l’idée de fugacité et de frivolité.
  • Directes (activatrices) ou rétrogrades (retardatrices) :
    • Une figure directe active, accélère, et incline vers un déblocage rapide et facilité d’une situation donnée ; (révélant une certaine passivité du Questionneur dans l’obtention de la chose demandée).
    • Une figure rétrograde engendre du retard et manifeste une résistance dans l’obtention de la chose demandée ; (des efforts importants devront être déployés par le Questionneur en vue de l’atteinte du résultat espéré).
  • Féminines (fertiles et nocturnes) ou masculines (stériles et diurnes) :
    • Les figures féminines sont synonymes de fécondité, de fertilité et d’épanouissement, et sont favorables à la naissance – au propre comme au figuré – à la création, aux nouveaux départs, à l’éveil.
    • Les figures masculines quant à elles sont signes de stérilité consécutive à une déperdition ou un gaspillage d’énergie, d’absence de transformation et de dénouement funeste.

Réaction par hérédité

Vous calculerez enfin la sommation géomantique, et scruterez avec attention la figure engendrée par copulation – en particulier sa qualité bonne ou mauvaise – et vous référerez au Chapitre 9 traitant de la Paternité des figures pour émettre les conclusions de circonstance.

Ajouter un commentaire

error: Attention : Le contenu de ce site est protégé.
Secured By miniOrange