Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Nous voici rendus, cher ami lecteur, à l’étape ultime de notre périple, et l’on pourrait en principe s’arrêter là, car notre effort de monter le thème est à présent terminé.

Pour autant, il nous reste à franchir une dernière marche, et pas des moindres, puisqu’elle va nous permettre de sanctionner la validité du thème, objet de toute notre attention. Est-il le fait d’une inspiration divine, ou d’un malin génie trompeur ? C’est ce que nous allons tenter de déterminer, à l’occasion de cet ultime effort de consécration, par les astres.

Or en cette Science qui nous occupe, il doit être connu du praticien ce que l’on nomme les heures planétaires : chaque heure de chaque jour de la semaine se trouve ainsi gouvernée par une planète singulière, ainsi que nous l’avons exposé déjà.

Si bien que pour qu’un thème soit digne d’être interprété, il doit contenir dans l’un de ses angles (maisons I, IV, VII, X) une figure en correspondance analogique avec la planète qui régit l’heure du tirage, ou ladite planète elle-même.

Vous commencerez donc par identifier dans le tableau désormais familier des heures planétaires, la planète qui régit l’heure de votre tirage géomantique, en croisant heures (en colonnes) et jours de la semaine (en lignes).

Une fois cette planète connue, il vous suffira de déterminer si cette dernière se retrouve dans l’un des angles du thème, ou en correspondance analogique avec l’une au moins des quatre figures en maisons cardinales. Dans un cas comme dans l’autre, le thème sera dit « radical », entendre juste et véridique.

En l’absence en maisons I, IV, VII ou X de la planète maîtresse de l’heure, ou d’une figure en correspondance analogique avec ladite planète, il s’avérera généralement plus prudent d’abandonner le thème, et de procéder à un nouveau tirage ultérieurement, bien qu’il puisse exister des cas d’exception à cette règle, et selon les circonstances.

error: Attention : Le contenu de ce site est protégé.