Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Le témoin permet la syntonisation d’un émetteur sur la fréquence vibratoire d’un sujet ou d’un objet récepteur à la vitesse de la pensée, soit en temps instantané absolu.

Les témoins ont comme rôle principal de condenser et de polariser les émissions vibratoires du dispositif général, grâce à l’action des résonances analogiques, et en harmonie avec le but recherché. Leur effet est donc très prisé en Radionique, d’augmentation substantielle de l’émission de charge, par concentration et accumulation des énergies cosmiques.

C’est de leur essence par nature vibratoire, et de leur rapport avec les énergies du vivant, que ceux-ci tirent d’ailleurs leur pouvoir d’action. Tout repose ici encore sur la fameuse loi universelle des correspondances : un premier objet ou sa représentation, détient par sa seule force d’évocation, le même potentiel énergétique et vibratoire qu’un second objet, lui-même soumis aux mêmes forces primitives.

Tous deux possèdent en quelque sorte la même « signature » énergétique. En conséquence, le symbole d’une planète par exemple, se révèle-t-il dispensateur des mêmes influences que la planète qu’il désigne, avec laquelle il résonne analogiquement.

Il en va de même pour quantité d’autres artefacts, selon un mode de pensée à l’identique désormais cher à votre pensée, et dont vous pourrez tirer à l’usage un meilleur profit : alphabets, carrés magiques, nombres, couleurs, préparations homéopathiques, cartes, etc.

Témoin d’identification

Ce témoin, le premier à recouvrir la planche d’émission, sert à désigner l’individu objet des influences. Idéalement rédigé par le sujet lui-même, il comporte une quantité plus ou moins exhaustive d’informations personnelles, et permettant son identification sans ambiguïté :

  • De préférence un parchemin végétal naturel (limite les effets de brouillage causés par l’imprégnation chimique du papier industriel) sur lequel on aura pris soin d’inscrire (à l’encre de Chine ou au crayon de papier) les Nom (de jeune fille), Prénom, date (et heure si connue) et lieu de naissance – Adresse du domicile où du lieu de villégiature de la personne ciblée ; (là où elle séjourne au moment de l’émission de Radionique).
  • Pour une famille : Association des noms patronymiques, photographies des membres de la famille, etc.
  • Pour une société, une personne morale, un commerce, une ambassade, une école ou une association : Raison sociale, logos, carte de visites, nom commercial, pseudonyme, sigles, nom du ou des dirigeants et des associés, papier à l’entête de l’entreprise, adresse d’exploitation, toutes autres marques distinctives.

Témoin de motivation

Ce second témoin par ordre d’apparition, énonce d’un seul mot le but poursuivi par le sujet, avec pour principaux avantages de :

  • Favoriser la focalisation de l’opérateur : toute l’attention se trouve portée sur un unique mot-clé, lequel condense le message quintessentiel que l’on cherche à transmettre.
  • Synthétiser et concentrer les instructions : l’esprit se trouve tout entier absorbé par un but singulier, en dehors de toute autre source de perturbation ou d’interférence.
  • Réduire les risques d’autosuggestion : le mental se départit plus facilement de ses propres préoccupations et croyances, pour mieux se connecter sur le but recherché.

Le principe à l’œuvre derrière l’utilisation des mots-clés en Radionique relève du registre de la convention mentale, si bien que leur emploi justifie de l’adhésion à certaines règles que nous allons énoncer à présent :

  • Le mot-clé se doit de respecter tout d’abord une formulation positive, avec toujours en ligne de mire de développer chez le sujet une faculté, une potentialité, ou une qualité distinctive. Plutôt que de chercher à corriger un manque ou retirer un défaut, nous préférerons toujours renforcer un aspect positif de sa personnalité, ou amplifier une qualité déjà présente. En toutes circonstances donc, nous rechercherons à travers le questionnement, la qualité à l’état de carence chez le sujet, et dont l’atrophie a pu conduire, par un mécanisme de compensation, au développement d’un défaut ou d’une déficience particulière. Relever cette qualité et la consolider, aura toujours comme effet d’agir en réduction de la cause originelle ayant conduit à l’apparition de fragilité associée.
  • Le mot-clé ne peut être retenu qu’au terme d’une investigation psychologique complète opérée sur le sujet, afin d’en déterminer chez lui le motif ultime. La problématique à traiter devra donc toujours faire l’objet d’une analyse approfondie, pour parvenir à identifier la cause première, ou racine, ayant incité le sujet à solliciter votre intervention. Ainsi, vous vous méfierez en professionnel expérimenté que vous êtes, des apparences et des évidences, et ne ferez jamais l’économie d’un examen attentif des intentions réelles du sujet. Par exemple, le comportement apathique et passif d’une personne peut-il dissimuler de multiples causes, aux mécanismes fort distincts, selon leurs origines respectives. S’agit-il dans la circonstance d’un manque de dynamisme (Vitalité) ? D’un état de déprime temporaire (Esprit positif) ? D’un défaut d’énergie (Tonus) ? D’une inquiétude passagère (Détachement) ? D’un déficit de volonté (Ardeur) ? D’une mélancolie ancienne (Lâcher-prise) ? D’un chagrin d’amour (Acceptation) ? Etc.
  • Rédigez le mot-clé en caractères majuscules sur un morceau de parchemin végétal, sans pour autant réaliser une découpe précise de celui-ci, mais en privilégiant au contraire une forme imparfaite et unique à chaque support. Nous vous recommandons l’emploi d’une encre de Chine naturelle, ou a minima d’écrire à l’encre noire sur un papier blanc. Voici quelques exemples de mots-clés pour illustrer notre propos, et susciter votre intérêt : détachement, élévation, paix intérieure, sérénité, bien-être, dépassement, confiance, assurance, bon moral, idées claires, détermination, rigueur, etc. Notez qu’il peut s’agir d’expressions-clés.
  • Soyez aussi précis que possible dans votre choix de mot-clé. Plus celui-ci se révélera pertinent, plus votre action aura de chance d’être couronnée de succès. Sachez éviter toutes les formes de confusion émotionnelle, et veillez à ne pas vous engager dans une mauvaise direction, faute d’une étude attentive de la situation du sujet. Soyez ainsi très vigilant face aux demandes cachées ou « non dites », et sachez écouter activement, interpréter les silences, et « lire entre les lignes ». Selon l’axe que vous choisirez de retenir, les effets obtenus ne seront pas du tout les mêmes, et pourront parfois se manifester en contrariété avec les intérêts profonds et inconscients du sujet.

Ces règles vous étant acquises désormais, vous vous acquitterez par surcroît des conventions d’usage en Radionique, et que nous allons rappeler à présent pour la bonne forme :

  • Ne jamais entreprendre aucune action contraire à la morale, ou susceptible de nuire à un tiers.
  • Ne jamais porter atteinte au libre-arbitre d’un sujet, ni prendre parti délibérément dans une affaire.
  • Ne jamais s’impliquer personnellement, ni favoriser la réalisation d’aucun projet au détriment des intérêts d’un tiers.

Sachez en outre que vous obtiendrez plus facilement des résultats favorables, si votre demande est faite par amour réel et sincère de votre prochain, ou si elle repose sur une intention authentique d’aider ou de protéger un tiers. Il est connu de tous les expérimentateurs sérieux que la foi, la spiritualité ou encore la bienveillance, dote celui ou celle qui s’en revendique de talents et de dons extraordinaires, dès lors qu’il se trouve placé au service du bien universel.

Notez qu’il n’est pas tant question de croire pour prétendre agir, mais simplement de vouloir, en toute sérénité, et en total détachement. Vous vous en remettrez ainsi entre les mains du destin, et vous accorderez sur les desseins de la divine providence, ou de « l’invisible », selon votre orientation mentale.

Nous terminerons ce bref récapitulatif par un rappel des modalités habituelles en matière de fixation d’objectif :

  • Le but en Radionique peut être assimilé à une forme de compromis entre ce que le sujet désire intimement, ce qu’il exprime ouvertement, ce qu’il peut concrètement, et ce qui lui est permis présentement.
  • Il est préférable, mais non indispensable, que le billet de vœux soit rédigé de la main même du sujet, en sorte de créer entre celui-ci et son désir profond, un rayon d’union plus puissant encore.
  • Veillez à toujours concevoir et planifier un plan d’action et de progressivité. Ce programme (écrit), devrait idéalement se répartir sur plusieurs séances, et observer une démarche de difficulté croissante dans l’obtention des résultats escomptés.
  • Dans tous les cas que vous aurez à traiter, vous rechercherez toujours la meilleure qualité de vie possible pour la personne, les conséquences à long termes les plus favorables, et les mieux en phase avec son désir d’évolution personnelle.
  • Vous vous abstiendrez de jamais intervenir ni tenter d’influencer le sujet lors de la fixation de son objectif, même lorsque ce dernier vous paraîtra farfelu, ou contraire aux intérêts supposés de la personne. Nous vous en rappelons ici à votre devoir premier de respect du libre-arbitre chez autrui, et de la responsabilité imputable à chaque être de se déterminer, par et pour lui-même, dans chacun de ses choix de vie.

Témoins de projection et de concrétisation

Ces témoins ont comme finalité d’orienter le sujet dans sa détermination concrète quant à l’objectif poursuivi. Le premier l’incitera à évaluer la qualité de ses motivations intérieures profondes, tandis que le second lui permettra d’évaluer les conséquences visibles dans son environnement extérieur de proximité ; en toutes circonstances, ces deux témoins :

  • Doivent être exprimés de manière synthétique, concise, précise et affirmative, comme si l’objet de la demande s’était déjà réalisé. Le bon sens et l’abnégation présideront à leur confection, dans une finalité toujours altruiste et généreuse.
  • Doivent privilégier des mots simples et proscrire le jargon scientifique, médical, et toute autre forme de langage savant. Optez pour des formulations brèves et propres à créer un choc positif en peu de mots. Évitez à tout prix les tournures négatives ou vagues.
  • Doivent impérativement répondre à un besoin impérieux et une motivation fortement ancrée chez le sujet, aux antipodes d’une lubie passagère, fantasque ou chimérique.
  • Doivent être exprimés dans un langage clair et précis, sans qu’il ne subsiste aucune ambiguïté ni contresens dans la formulation au moment d’en diffuser la pensée-force.
  • Doivent énoncer sans aucune contradiction le but à atteindre, de manière toujours affirmative, positive, et constructive, et en autant peu de mots que possible.
  • Doivent présenter de manière synthétique et sur un ton direct l’objectif poursuivi, sans effets de langage, faux-fuyant, périphrases ou autres formules stylistiques.
  • Doivent exposer un objectif réaliste et raisonnable, entendre à la portée de la personne dans une situation donnée, au respect de ses moyens du moment.
  • Doivent placer le sujet en responsabilité d’agir le changement appelé de tous ses vœux, à l’opposé de toute incantation, supplication, ou autre effet de baguette magique.
  • Doivent employer un vocabulaire d’action valorisant la volonté du sujet (« je veux, j’ai envie »), plutôt que la contrainte externe et déresponsabilisante (« il faut, je dois »).
  • Doivent s’abstenir d’influencer, de contraindre ou de limiter, en aucune façon, les possibilités qui s’offrent au sujet d’agir dans la circonstance de vie qu’il traverse.
  • Doivent décrire le but à atteindre comme s’il s’était déjà réalisé et au présent, au moyen de verbes d’action, et de répétitions pour induire un processus de suggestion.
  • Doivent respecter une progressivité en cas d’objectif complexe, et faire l’objet d’une programmation pas à pas, afin de rendre possible une évolution graduelle par étapes.
  • Doivent identifier les phases précises de l’ascension vers le succès recherché, et tenir compte des notions d’émergence, de temporalité et de développement personnel.
  • Doivent désigner le sujet par son prénom habituel, son surnom affectif ou familier, ou à défaut son nom d’usage.
  • Doivent employer de préférence le tutoiement dans la formulation des vœux, ceci afin de renforcer la connexion mentale.
  • Doivent privilégier des formules et des tournures positives à caractère d’encouragement, et de développement personnel ; (exemple : remplacer la formulation « Je ne suis plus triste et déprimé en permanence … » par « Chaque jour mon moral s’améliore et je ressens de plus en plus fort un profond bien-être s’installer en moi… »
  • Doivent utiliser un langage simple, dénué de jargon savant ou pseudo-scientifique, et préférer des affirmations brèves et directes.
  • Doivent introduire des expressions propices à susciter un (r)éveil psychologique chez le sujet, et une transition vers un nouvel état mental : « à compter d’aujourd’hui », « dès à présent », « chaque jour maintenant », « jour après jour », etc. Et marquant le passage d’un avant vers un après désirable. Exemple : « Pierre, à partir d’aujourd’hui ta confiance en toi commence à se renforcer, au point que tu te sens capable de t’adresser à un public en toute assurance. »
  • Doivent susciter de par leur expression une forme de connexion directe avec l’inconscient du sujet, à la manière d’une prière ou d’un mantra. L’emploi de la rime représente à titre d’illustration un amplificateur d’influence à la fois simple et puissant, pour induire une imprégnation en profondeur chez le sujet dépositaire des intentions.
  • Doivent toujours fixer à la personne désireuse de s’améliorer des objectifs réalistes, atteignables, concrets, et surtout utiles à son évolution personnelle.
  • Doivent être assortis de délais convenus de réalisation, adaptés au cadre et aux conditions de vie de la personne, sans dépasser une année.
  • Doivent permettre d’installer une démarche progressive de perfectionnement à l’aide d’objectifs successifs de difficulté croissante, à l’intérieur d’un programme concerté.
    • Exemples : réduire graduellement la consommation de telle substance toxique ou de tel aliment interdit, parvenir à réguler petit à petit tel excès de comportement ou tendance asservissante, acquérir régulièrement de nouvelle compétences dans tel domaine du savoir, vaincre en douceur telle peur installée, etc.
    • Exemple de plan d’action personnel : 1) « Dès aujourd’hui, je deviens capable d’interagir sereinement avec mes pairs sur le lieu de travail. » 2) « Chaque jour ma confiance s’améliore et je prends l’initiative d’inviter des collaborateurs à déjeuner. » 3) « Maintenant, je parviens à animer des réunions de service en grand comité et à y prendre du plaisir. » 4) « Jour après jour je suis toujours plus à l’aise dans mes rapports sociaux au point de créer des moments de convivialité à l’extérieur. » 5) « Désormais mon assurance est telle que je parviens à vivre en paix avec mes émotions, à les accepter, ce qui me confère une très grande capacité à gérer les conflits avec des tiers. »

Nous terminerons ce bref tour d’horizon par quelques recommandations en ce qui concerne la destruction des témoins, objet régulier d’inquiétudes et de questionnements chez le praticien amateur :

  • Déchirez les témoins en un nombre quelconque de morceaux ; jetez simplement les débris ou brûlez-les en prenant les précautions d’usage. N’employez jamais de ciseaux.
  • Ne brûlez jamais directement les témoins, en aucune circonstance.
  • Ne cherchez jamais à démagnétiser ou à désimprégner un témoin avant de le détruire, mais suivez simplement la procédure décrite ci-avant.
error: Attention : Le contenu de ce site est protégé.